Artistes

Hannabiell & Midnight Blue

Ils mélangent percussions afro-antillaises et latines, jazz, afro-beat, funk et reggae pour créer leur son unique présenté comme « Afro-psychedelic funk ». La musique créée à partir de cette fusion est un mélange organique de percussions puissantes, de cuivres, de chants vocaux et de compositions de mbira, qui non seulement crée une atmosphère de fête revigorante, mais suscite également la participation du public. Hannabiell & Midnight Blue s’engage à éliminer les barrières personnelles et culturelles. La diversité des membres de l’ensemble est le reflet direct de la diversité de ses fans et de la présence de son public. Leur concerts ne manquent pas de transmettre la passion du groupe pour l’égalité et le changement social et leur conviction que «le pouvoir d’unir l’humanité et de rétablir la paix repose sur des formes d’art qui brisent les stéréotypes et rassemblent des communautés diverses».

Pierre Sangue

Zebrock creuse depuis 1990 un sillon familier où se conjugue le plaisir d’écouter et jouer de la musique avec celui d’apprendre et de se cultiver. Parmi leur activités, Le Grand Zebrock est un dispositif de repérage, de soutien, d’encouragement et de promotion des groupes musicaux amateurs émergents d’Ile-de-France, ouvert à toutes les esthétiques. Pierre Sangue est l’un des lauréats.

« Sangue, c’est la pierre en persan, le socle sur lequel on construit des montagnes. Ayant forgé ses premières armes dans le théâtre, le hip-hop et la danse contemporaine, il en retire un goût de l’alchimie.La chanson,  le hip-hop, l’électro expérimentale, ,  l’accordéon, fabriquent son terrain de jeu. Il en ressort un univers unique entre musique folk et électronique. Ses mots et sa langue s’entend tel un écho sur notre condition. 

Trio Jobic

Jobic Le Masson, débute son éducation musicale à l’âge de 7 ans au conservatoire.  Dès ses 16 ans, il s’expatrie aux Etats-Unis pour étudier la théorie musicale et la composition à la Greenwich High School dans le Connecticut. Outre son activité de professeur de piano, Jobic dédie son temps à la composition, l’arrangement et les concerts. On le retrouve dans plusieurs projets et enregistrements avec les musiciens Arnaud Sacase, Gwen Sampé, Benjamin Duboc, Didier Lasserre, Aldridge Hansberry, Sebastien Buchholz, Christine Flowers, MJ Williams, Longineu Parsons.

Peter Giron, né dans le Bronx en 1952, étudie la basse, la contrebasse, l’alto et le violon au Princeton College of Music dans le New Jersey. Il commence sa carrière dans les orchestres de jazz locaux et devient musicien professionnel dès l’âge de 16 ans. Il se produit alors à la basse ou à la contrebasse, sur la scène new‐yorkaise notamment aux côtés de Charles Earland et John Purcell… Etabli en France depuis plus de trente ans, il est omniprésent sur les scènes nationale et internationale. Son oreille absolue, son jeu de contrebasse profond, son sens du swing en font un accompagnateur hors pair et un soliste inspiré aux côtés de musiciens comme Archie Shepp, Charles Earland, John Purcell, Luther Allison, Kurt Elling, Dave Liebman, Rhoda Scott, Hal Singer, Kirk Lightsey, Sarah…

Comme toute une génération de joueurs de free jazz américains, Steve Potts s’installe à Paris dans les années 70, où il joue avec Dexter Gordon, Johnny Griffin, Mal Waldron, Ben Webster, Hal Singer, Christian Escoudé, Boulou Ferré, Slide Hampton, et Oliver Johnson. En 1973, il rencontre Steve Lacy qu’il accompagne pendant près de trente ans à travers tournées et concerts, avec cette (im)pulsion permanente de toujours « aller de l’avant ». En accompagnant le trio de Jobic Le Masson, de son saxophone alto qu’il troque à l’occasion avec son soprano, il apporte et rassemble par son seul jeu, des années entières d’histoire du jazz.

John Betsch né en Floride dans une famille musicale. Sa mère est organiste et pianiste dans une église et sa sœur aînée deviendra soprano lyrique. Il commence la batterie à l’âge de neuf ans. Il débute sa carrière en 1963 à Nashville aux côtés de l’organiste Bob Holmes et du trompettiste Louis Smith. En 1974, il se produit au Newport Jazz Festival aux côtés de Max Roach. Il s’installe à New York en 1975 où il enregistre et se produit avec, entre autres, Jean Lee, Abbey Lincoln, Dewey Redman (tournée en 1979), Archie Shepp, Abdullah Ibrahim et Mal Waldron.

Hommage à Petrucciani

Le 6 janvier 1999, le pianiste Michel Petrucciani s’éteignait à l’âge de 36 ans. Pour le vingtième anniversaire de sa disparition, Joël Bouquet (Piano), Jean Luc Arramy (Contrebasse), Belkacem Drif (Batterie) et des nombreuses invités,  lui rendent un bel hommage en lui dédiant un concert spécial précédé par la projection du film Michel Petrucciani de Michael Radford.

Publicités