Brahim du haut de ses échasses contemple le monde

Il était au rendez-vous.

Au rendez-vous de la rencontre, dans ce jardin des oubliés.

Au sol des cailloux, de la terre grise.

Par son côté hésitant, bancal, il montrait la tragédie de la fuite qui

jamais ne cesse.

16426001_588880861310363_596124067719553980_n

Il titubait sans doute comme ce jour où il quitta son pays.

Il était tout en hauteur, les rayures de son vêtement le répétant, comme un homme qui sait que le vertical c’est l’humain, qui refuse de tomber au sol, pour rejoindre le s hommes allongés.

Il tenta de danser, de montrer la détermination du corps à sortir des cages qu’on lui fabrique.

Il avait choisi sa difficulté. Jamais on ne lui imposerait quoi que ce soit.

Il pesait faiblement sur le sol. Mais ses racines étaient ailleurs que dans le sol.

Elles s’élevaient vers le firmament de cette liberté…

il avait tracé son chemin, loin des héritages…

loin de la propriété privée.16473547_588880781310371_5052001991530436161_n

Dans sa tenue haute et lointaine, il tenait en respect ce bourbier dans lequel il ne voulait pas couler.

Il trébuchait mais il était celui qu’il avait décidé d’être : un passant sur la terre qui restait debout.

source